La Chaire Jean Monnet Télos, Ethos, Nomos de l’Europe (TEN Europa) organise son troisième cycle de séminaires qui, s’adaptant à la situation sanitaire, aura cette fois-ci lieu en ligne. Ce nouveau cycle aura pour objet de discuter des nouveaux grands ouvrages sur « l’Europe », entre spécialistes et curieux de la question européenne. Chaque webinaire sera l’occasion d’une présentation d’un ouvrage par son auteur et sera suivi d’une discussion avec les participants initiée par deux discutants, chercheur-se qualifié-e et doctorant-e.

Chaire TEN 2021


Séance 2 : Présentation et discussion du dernier ouvrage « sur l’Europe » du philosophe Jean-Marc FERRY – « Comment peut-on être européen ? ».


Auteur : Jean-Marc FERRY est philosophe, professeur émérite et ancien titulaire de la Chaire de philosophie de l’Europe de l’Université de Nantes (2011-2018).

Résumé de l'ouvrage :
Ferry Jean-Marc, Comment peut-on être européen ?, Paris, Calmann-Levy, coll. Liberté De L’esprit, 2020, p.324.
 

« Fétichisme des équilibres budgétaires, fanatisme du libre-échange, mépris de la préférence communautaire, subversion du politique par l’économie, des États par les marchés, du public par le privé…
Comment peut-on être européen  ?
L’Europe est aujourd’hui engluée dans un triple échec. Échec de l’union monétaire alors que ne cesse de se creuser la divergence entre Nord et Sud. Échec de l’union économique, pendant que la compétition entre pays membres se poursuit. Échec d’une union politique quand l’Europe préfère abandonner sa gouvernance à des autorités indépendantes plutôt que de privilégier la concertation entre les États.
Au-delà de l’affrontement stérile entre souverainisme et fédéralisme, Jean-Marc Ferry suggère d’explorer une troisième voie, la co-souveraineté  : la possibilité de se coordonner afin de conduire ensemble des politiques publiques définies sous l’autorité d’une institution légitime, associant les parlements nationaux aux processus de décision.

Jean-Marc Ferry plaide aussi pour l’instauration d’un socle social européen, reposant sur le double dispositif d’un revenu de base universel et du développement d’un nouveau secteur d’activité personnelle et autonome. Enfin, il revient, en philosophe, sur le sens même de la construction européenne face aux menaces toujours présentes de la misère, de la guerre et de la barbarie. »


Discussion :

  • Philippe CRIGNONMaître de conférences en philosophie politique et juridique à l’Université de Nantes (CAPHI).
     
  • Daniela HEIMPEL, Postdoctorante au Centre d’études et de recherches internationales de l’Université de Montréal (CÉRIUM) et chercheuse associée au Centre Marc Bloch.